• Etienne Tshisekedi sera candidat pour la présidentielle de 2016!

    Etienne Tshisekedi, president de l’Union pour la Démocratie et le progrès sociale (UDPS, opposition) , sera candidat à la prochaine élection présidentielle de la RDC prévue en novembre 2016, a déclaré à lundi, le secretaire général de l’UDPS, Bruno Mavungu.

    « Nous souhaitons que le président Etienne Tshisekedi soit en 2016 comme candidat president de la RDC et nous allons le porter au congrès qui va se tenir au mois de décembre 2015″, a affirmé M. Mavungu.

    « Certainement nous allons le porter comme le candidat de notre parti que nous allons présenter au peuple congolais dans l’élection présidentielle. (…) Nous sommes prêts à affronter les élections à tout moment », a-t-il dit.

    Répondant à la question de l’âge de M. Tshisekedi, M. Mavungu a soutenu que le président de l’UDPS « n’est pas plus âgé que le president tunisien actuel, n’est pas plus âgé que le president Zimbabwéen (…) Je crois que les Africains savent gérer de telles situations ».

    M. Tshisekedi, qui fêtera ses 83 ans en décembre prochain, était le candidat malheureux de l’élection présidentielle de 2011. Selon les résultats annoncés par la CENI, il avait gagné 32,33% des suffrages, contre 48,95% pour le president Joseph Kabila. Rejetant ce décompte, M. Tshisekedi s’est auto-proclamé président de la République.

    Sous le régime de Mobutu, M. Tshisekedi a occupé trois fois le poste de Premier ministre, entre 1991 et 1997.

    « C’est l’UDPS qui a le meilleur des candidats, nous sommes dans le besoin que l’élection présidentielle puisse se tenir, c’est l’UDPS qui a le meilleur candidat, c’est l’UDPS qui est le parti le mieux implanté à travers la Republique. Donc, l’UDPS ne cherche que des élections transparentes », a déclaré M. Mavungu.

    L’UDPS, qui refusait de participer au dialogue proposé par le président Joseph Kabila, a changé d’avia en annonçant samedi dernier qu’elle l’accepte afin de trouver une solution à la crise qui sévit au pays.

    Dans un communiqué publié à l’occasion du 55ème anniversaire de l’indépendance du pays, l’UDPS a appelé les partis du pouvoir et de l’opposition à « se retrouver rapidement sous la médiation internationale conformément à l’accord-cadre d’Addis-Abeba et des résolutions subséquentes du Conseil de sécurité de l’ONU en vue de se parler et de trouver ensemble une solution durable à l’actuelle crise politique ».

    « La solution de la crise passe par le règlement de la crise du contentieux électoral de 2011 et par la tenue d’un processus électoral consensuel dans le strict respect du délai constitutionnel », indique le communiqué.

    Direct.cd

  • Coup de théâtre: Kabila exclut Tshisekedi du dialogue!

    tshisekediA en croire son dernier discours, le président de la République, Joseph Kabila, rejetterait l’option de faire appel à une médiation internationale pour conduire le dialogue politique qu’il compte convoquer incessamment. Ce qui disqualifie automatiquement le vieil opposant Etienne Tshisekedi, le président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS). Celui-ci conditionne sa participation à une médiation internationale.

    «Même si les consultations se poursuivent encore, j’ai retenu avec intérêt que l’écrasante majorité de délégations qui se sont déjà exprimées, tant à Kinshasa que dans l’arrière-pays, souhaite que dans l’éventualité du dialogue, celui-ci soit mené sans ingérence étrangère, à travers un nombre limité de participants et pour une durée relativement courte», a déclaré le chef de l’Etat, Joseph Kabila, dans son discours à l’occasion du 55ème anniversaire de l’indépendance de la RDC.

    Si jamais le président de la République, qui a promis de prendre bientôt une «disposition pertinente et qui s’impose» par rapport à l’organisation de ce dialogue, décide que tout soit «mené sans ingérence étrangère», cela voudrait signifier une chose que le «Raïs» ne va pas autoriser une médiation internationale. Cette éventuelle décision balayerait d’un revers de la main l’unique raison qui pouvait convaincre l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de prendre part à ce dialogue.
    Le parti d’Etienne Tsbisekedi, qui n’a pas pris part aux consultations menées par Joseph Kabila, fait de la médiation internationale une condition sine qua non de sa participation à la table d’échanges politiques qui sera bientôt dressée. Selon cette première force politique de l’Opposition, la deuxième du pays, cette exigence est motivée par l‘Accord-cadre d’Addis-Abeba de 2013.
    Cet engagement international pris par le gouvernement encourage des discussions internes entre Congolais pour résoudre leurs différends. Ce document appelle ainsi les parties prenantes à recourir, -si elles le souhaitent-, à un arbitrage international.

    Dans le cas d’espèce, la Majorité présidentielle, qui depuis quelque temps, affronte de plus en plus un discours de «souveraineté» contre celui d’«ingérence internationale», semble s’inscrire contre l’idée d’une médiation internationale chantant qu’il «appartient aux Congolais de régler, seuls, leurs problèmes». En face, l’UDPS soutient la thèse d’une personnalité neutre qui convient pour départager deux parties en conflit. Et cette personnalité ne saurait être un Congolais.

    Quand, le 27 juin à Bruxelles, dans un message à l’occasion de la fête nationale, Etienne Tshisekedi réaffirme la nécessité d’organiser un dialogue, beaucoup voyaient l’UDPS comme participante au dialogue. Mais le derniers discours de Kabila est venu, dans une certaine mesure, enterrer cet espoir.

    Pour une des rares fois que le pouvoir en place et l’UDPS s’accordent sur un point, voilà un préalable lié à la médiation du dialogue est sur le point de tout gâcher.

    Par CN

  • La RDC achète deux A320 d’occasion à Alitalia (source proche du dossier)

    La République démocratique du Congo a acheté deux Airbus A320 d’occasion à Alitalia pour sa future compagnie aérienne nationale Congo Airways, a-t-on appris samedi auprès d’une personne proche du dossier. Selon cette source, « les deux appareils [achetés à la compagnie italienne] datent de 2007-2008″.
    Le prix de la transaction n’a pas été communiqué.

    Dans un entretien à l’AFP en avril, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo avait annoncé que la RDC était intéressée par l’acquisition de deux appareils moyen-courrier A320 en crédit-bail pour sa nouvelle compagnie aérienne publique.

    Le fait d’avoir finalement opté pour un véritable achat plutôt que pour une location « est un gage de crédibilité » donné par l’État et Congo Airways, estime la source familière du projet interrogée par l’AFP.

    La direction de Congo Airways, auprès de laquelle Air France est engagée par un contrat d’assistance technique, a été formellement installée au premier trimestre.

    La société, dont le vol inaugural pourrait avoir lieu en août, est actuellement en pleine phase de recrutement.

    Aux termes du projet retenu, la nouvelle compagnie aérienne commencerait par desservir huit villes en RDC et passerait à 14 destinations intérieures au bout de trois ans.

    Dans la perspective du développement de la compagnie, qui pourrait ensuite déborder du cadre des frontières de la RDC, les autorités envisagent l’achat d’autres appareils, neufs, à l’avionneur européen Airbus, avait indiqué M. Matata en avril.

    Immense pays au coeur de l’Afrique, la République démocratique du Congo est actuellement dépourvue de compagnie aérienne nationale.
    L’essentiel du trafic aérien est assuré par des vols affrétés par la Mission de l’ONU au Congo (Monusco) ou le Programme alimentaire mondial (PAM), ainsi que par deux compagnies locales, CAA et Korongo, toutes deux sur la liste noire des compagnies aériennes établies par l’UE (comme la cinquantaine de compagnies enregistrées dans le pays et dont la plupart n’assurent plus de vols).

    Le développement de la nouvelle compagnie aérienne doit s’accompagner d’une remise à niveau des infrastructures de transport aérien dans ce pays parmi les moins développés au monde mais qui connaît depuis 2010 une croissance économique supérieure à 7% chaque année.

    Jeudi, le président congolais Joseph Kabila a inauguré la nouvelle aérogare et la nouvelle tour de contrôle censées améliorer la sécurité aérienne et l’accueil des passagers à l’aéroport international de Ndjili à Kinshasa.
    mj/spi
    AIRBUS GROUP
    AIR FRANCE-KLM

  • La plainte déposée par Kabila relance la polémique

    Vrai ou faux ? La polémique autour de la plainte déposée, la semaine dernière, contre quatre gouverneurs, un ancien directeur de cabinet du président et une quinzaine de hauts fonctionnaires tous issus de la majorité a repris de plus belle, ce lundi 29 juin. Et cela, depuis que «C-News», bi-hebdomadaire congolais, a publié dans son édition de ce lundi, un document qui reprend la demande d’ouverture d’information judiciaire pour des cas de fraudes ou de corruption. Une demande émise par le conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance, au nom du président Joseph Kabila. Mais dans le document ne figurent pas les noms des gouverneurs ni celui de l’ex-directeur de cabinet du président, mais ceux de deux ministres et de hauts fonctionnaires, tous proches de l’actuel Premier ministre Matata Ponyo.

     

    Le document de cinq pages reprend des accusations précises. Ainsi, quatre types de fraudes sont listés, à savoir le blanchiment et fuite de capitaux, mais aussi fraudes douanières et fiscales, détournements de deniers publics et corruption.

    Sont désignés responsables présumés de ces fraudes, presque tous les services de l’Etat qui gèrent les rentrées et les dépenses financières, la direction générale des impôts, celle des recettes administratives. En bref, les hauts fonctionnaires des ministères des Finances et du Budget.

    Sont également pointés du doigt, l’ancien ministre des Finances, Patrice Kitebi et l’actuel ministre des Transports, Justin Kalumba. Ils sont soupçonnés entre autres de surfacturation pour réhabiliter la piste d’atterrissage de l’aéroport de Kinshasa. Onze millions de dollars auraient ainsi été dépensés pour payer les travaux d’excavation sur 400 mètres, à en croire ce document.

    Des accusations lourdes et nombreuses qui toutes visent des ministres proches du Premier ministre ou encore des hauts fonctionnaires sous la responsabilité de Matata Ponyo, en tant que ministre des Finances d’abord et ensuite de Premier ministre depuis 2012.

    Dans l’immédiat, aucune des personnes désignées dans ce document n’a pu être jointe pour réagir. Un document authentique, selon des sources proches du dossier, mais tronqué. Seule une partie de la plainte d’une vingtaine de pages, déposée la semaine dernière dans le bureau du procureur, a fuité dans la presse ce lundi.

    RFI

  • Annuler l’envoi d’un mail, c’est désormais possible

    gmail1Qui n’a pas envoyé au moins une fois à un mail en se trompant de destinataire? Dans certains cas, cette petite bourde n’a aucune conséquence, dans d’autres, c’est beaucoup plus délicat. 

    Heureusement, les utilisateurs de Google Mail ne devront bientôt plus s’en faire pour si peu. Ils auront en effet jusqu’à trente secondes pour revenir en arrière et effacer le mail problématique. Une vraie bouffée d’oxygène pour les étourdis.

    Pour activer cette fonctionnalité -en test depuis 2009- il vous suffit de vous rendre dans les paramètres (engrenage), puis de cocher la case « Activer annuler l’envoi ». Vous pourrez alors choisir le temps de réflexion que vous désirez, entre 5 et 30 secondes.

    Lorsque vous enverrez un mail, vous pourrez alors découvrir un message proposant d’annuler l’opération.

    Lalibre.be

  • RDC : l’aéroport international de N’djili doté d’une nouvelle aérogare modulaire

    L’aéroport international de N’Djili est doté d’une nouvelle aérogare modulaire internationale. Destinée aux vols internationaux, elle a été inaugurée simultanément avec la nouvelle tour de contrôle jeudi 25 juin par le chef de l’Etat, Joseph Kabila. La sureté, le confort et la sécurité semblent être assurés à première vue.

    D’une superficie de 10 000 m2 et d’une capacité annuelle d’environ 1 million de passagers, il dispose de 17 points d’enregistrement au départ, 2 carrousels de livraison bagages et 10 modules assemblés conformes aux standards de l’organisation de l’aviation civile internationale.

    Quant à la nouvelle tour de contrôle dont la hauteur est de 32 mètres, elle servira à assurer le contrôle des avions dans l’espace aérien au voisinage de l’aéroport.
    Elle est composée d’un centre de contrôle régional, d’un simulateur pour les exercices de simulation, des bureaux techniques, d’une caserne anti-incendie, de quatre groupes électrogènes et de deux onduleurs.

    Selon le ministre des Transports et Voies de communication, Justin Kalumba, ces deux ouvrages mettent fin aux tracasseries.

    « Tout est automatisé. Les portes s’ouvrent toutes seules et quand vous y entrez, vous voyez que tout est affiché à l’écran. Donc, l’intervention humaine est réduite », a déclaré Justin Kalumba.

    Les sociétés Alpha Airport et Sinohydro ont réalisé la structure de ces ouvrages. Les travaux lancés en juillet 2011 ont été co-financés par le gouvernement à 14 % et la Banque africaine de développement à 86%.

    Pour l’ancien terminal resté délabré pour les vols domestiques, le directeur général de la Régie des voies aériennes (RVA) a indiqué qu’un effort sera fourni pour que les passagers domestiques trouvent aussi le même confort.

    « En termes de sûreté, il n’y a pas de différence entre un vol domestique et un vol international », a-t-il ajouté.​

    radiookapi.net

  • Tiken Jah Fakoly refoulé à son entrée à Kinshasa

    tikenLe chanteur de reggae ivoirien n’a pas pu entrer vendredi soir en République démocratique du Congo, où il devait donner un concert dans le cadre du festival Jazz Kif 2015.

    Le chanteur de reggae ivoirien Tiken Jah Fakoly a été refoulé vendredi soir à son arrivée à l’aéroport de Kinshasa, où il devait donner un concert. À son débarquement en provenance de Bruxelles, le chanteur et plusieurs de ses musiciens ont été empêchés de pénétrer en République démocratique du Congo par les autorités, leur visa ayant été jugé non en règle, a-t-on indiqué de source aéroportuaire.

    Interrogé par l’AFP, la cellule de communication du ministère de l’Intérieur congolais a confirmé que Tiken Jah Fakoly avait été refoulé mais n’a pas voulu faire le moindre commentaire sur l’affaire «avant d’avoir reçu le rapport» sur ce qui s’était passé. Le chanteur devait se produire dimanche soir dans la capitale congolaise pour un concert dans le cadre du festival Jazz Kif 2015. Selon un organisateur d’événements culturels à Kinshasa et une source diplomatique, il est extrêmement difficile de faire venir des représentants du monde des arts en RDC depuis le 15 mars.

    Ce jour-là, une trentaine de personnes, parmi lesquelles trois membres du groupe de rap sénégalais Y’en a marre et un activiste de la société civile burkinabè, avaient été arrêtées lors d’une réunion sur la bonne gouvernance en Afrique. Les quatre activistes étrangers avaient été expulsés le 18 mars, le gouvernement les accusant de s’être rendus en RDC pour y préparer des «actes de violence».

    Entrer dans l’Histoire par «la grande porte»
    Les autres personnes ont été relâchées au compte-goutte à l’exception de deux militants congolais, aujourd’hui poursuivis devant la justice. Le climat politique en RDC est particulièrement tendu à l’approche d’une série d’élections devant mener à la présidentielle de novembre 2016, à laquelle la Constitution interdit au président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se représenter.

    L’opposition soupçonne néanmoins le chef de l’État de chercher à tout faire pour se maintenir en place au-delà du terme de son mandat, et demande, en vain, à M. Kabila de déclarer publiquement son intention d’abandonner ses fonctions fin 2016.

    Habitué a dénoncer dans ses chansons les souffrances et l’injustice dont souffrent des millions d’Africains, Tiken Jah Fakoly avait donné un concert mi-février à Goma, dans l’Est de la RDC. Il avait alors mis en garde les dirigeants du continent africain qui tenteraient de s’accrocher au pouvoir, les appelant à entrer dans l’Histoire par «la grande porte» en cédant leur place démocratiquement à la fin de leur mandat, plutôt que de s’exposer au mécontentement d’une jeunesse «consciente» comme celle qui a chassé le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, en octobre.

    Le 12 juin, le chanteur belge Stromae avait annulé le concert qu’il devait donner le lendemain au Théâtre de verdure, le même amphithéâtre en plein air d’environ 4.000 places où devait se produire Tiken Jah Fakoly. La veille de l’annulation, les promoteurs de l’événement à Kinshasa avaient indiqué alors que le chanteur était retenu à Brazzavile (en face de Kinshasa, sur l’autre rive du fleuve Congo) à cause d’un problème de visas concernant certains membres de son équipe.

    Finalement, les producteurs du chanteur ont annoncé que celui-ci annulait tous ses concerts jusqu’au 2 août après avoir fait une mauvaise réaction au traitement antipaludéen qu’il prenait pendant sa tournée africaine.

    lefigaro.fr

  • La RDC bascule vers la télévision numérique terrestre

    La RDC bascule vers la télévision numérique terrestre

    La RDC a basculé mercredi 17 juin de la télévision analogique à la Télévision numérique terrestre (TNT). Cette mutation concerne dans le premier temps les bandes de fréquences UHF. Mais pour les bandes de fréquences VHF, elle se fera le 17 juin 2020. Les télévisions analogiques continueront concomitamment à émettre.
    Selon Lambert Mende, ministre de la Communication et des Médias, le basculement de ce jour vers le numérique concerne d’abord la ville de Kinshasa et se poursuivra progressivement sur toute l’étendue du pays.

    Sur place à Kinshasa, cette mutation a démarré avec huit chaines de télévision:

    Kin 24
    Digital Congo
    Télé 50
    Antenne A
    B-One
    Tropicana TV
    RTNC 1
    RTNC 2

    Le défi que doit relever le gouvernement congolais pour la réussite de cette mutation, selon Lambert Mende, consiste à l’extension, le déploiement et l’installation des infrastructures et équipements numériques dans tous les centres stratégiques du réseau des réémetteurs terrestres du pays.

    Il a par ailleurs rappelé les étapes de la numérisation de la télévision :

    Celle des outils de production
    Celle du système de diffusion
    Celle des réseaux de transmission des signaux
    Celle des terminaux de réception, «c’est-à-dire de la bonne télévision qui est dans votre salon.»

    Le ministre Mende a ainsi précisé le rôle des chaînes de télévision dans le nouveau système :

    «Dans le nouveau paysage médiatique qui s’installe avec cette nouvelle technologie, les chaines de télévision actives à l’heure actuelle deviennent des éditeurs des programmes, qui vont avoir plus à se concentrer sur les taches de production des contenus.»

    Le marché des téléviseurs

    Quant aux ménages qui détiennent les télévisions analogiques, ils n’ont qu’à se procurer des décodeurs pour capter les chaines en numérique. Et ces décodeurs sont sur le marché de Kinshasa, selon la même source.

    Il faudra débourser environ 10 dollars pour avoir accès aux chaines publiques, d’après des sources proches du comité national de migration vers la télévision numérique terrestre. Mais pour les privés, il faut s’abonner à un distributeur de téléviseurs par satellite.

    Les téléspectateurs sont donc appelés à faire désormais attention à l’achat d’un nouveau téléviseur, pour s’assurer que celui-ci est numérique. Les téléviseurs analogiques, qui coûtent moins chers, sont plus accessibles à la bourse du congolais moyen. Un téléviseur analogique de 32 pouces se vend à 190.000 francs congolais (207 dollars américains), alors que le numérique du même format se négocie à 290.000 francs (315 dollars américains).

    Radiookapi.net

  • Stromae annule tous ses concerts jusqu’au 2 août pour raisons de santé

    stromae

    Les examens effectués par Stromae, rentré d’urgence en Europe, montrent « qu’il subit les effets secondaires sérieux d’un traitement prophylactique (préventif) antipaludique », expliquent les producteurs dans un communiqué. Son état de santé, qui « impose un suivi médical dans les prochaines semaines », ne lui permet pas de « reprendre ses activités pour le moment », ajoutent-ils.

    En conséquence, les producteurs « sont également contraints d’annoncer l’annulation de sa participation aux concerts suivants »: le 20 juin à Kigali (Rwanda), le 5 juillet à Londres (Wireless Festival), le 8 juillet à Rome (Postepay Rock in Roma), le 11 juillet à Lisbonne (Nos Alive Festival Portugal), le 13 juillet à Locarno (Moon & Stars Festival, Suisse), le 14 juillet à Padoue (Hydrogen Festival, Italie), le 17 juillet au Festival Internacional de Benicassim (Espagne), le 31 juillet à Montréal (Osheaga Music & Art Festival) et le 2 août à Chicago (Nos Alive Festival, Etats-Unis).

    Les producteurs se disent, pour l’heure, « dans l’incapacité d’annoncer des dates de report pour ces spectacles ». « Les rumeurs ayant circulé sur les autres causes prétendues de l’absence de Stromae sont absolument sans fondement », assure le communiqué.

    Après l’annulation de son concert à Kinshasa, le bruit avait notamment couru que certains des techniciens de l’équipe de Stromae avaient eu des problèmes de visas en raison des origines rwandaises du chanteur. D’autres rumeurs prétendaient que la star était rentrée précipitamment après avoir reçu des menaces ou qu’un membre de sa famille avait été agressé à Bruxelles par des membres de la diaspora rwandaise pour dissuader le chanteur de se rendre à Kigali.

    Stromae, star internationale et interprète de « Formidable », a commencé le 13 mai à Dakar sa toute première tournée africaine qui devait le conduire dans huit villes en finissant par Kigali.

    L’étape au Rwanda, pays où son père a péri dans le génocide de 1994, était la plus attendue. Le chanteur le reconnaissait lui-même en confiant à Dakar, avant son premier concert : « Quand je vais me rapprocher de plus en plus du Rwanda […] Ce seront pas mal de choses en moi qui vont ressortir et je ne sais pas à quoi m’attendre, honnêtement« .

    La popularité de Stromae a explosé sur la scène internationale après le lancement en 2013 de son deuxième album, « Racine carrée ».

    AFP

  • Saisie record d’ivoire à l’aéroport de Roissy

    ivoire

    Les douaniers de Roissy ont découvert 136 kg d’ivoire brut dans des caisses en provenance de République démocratique du Congo et à destination du Vietnam, une saisie record depuis 2006, ont annoncé les douanes jeudi.

    Le 27 mai, fouillant une cargaison censée contenir des pièces détachées, les agents ont trouvé une douzaine de défenses d’éléphants découpées en 37 tronçons. Les morceaux étaient dissimulés sous des plaques d’aluminium, peut-être pour passer inaperçu aux scanners.

    Il s’agit de la plus importante saisie depuis décembre 2006. Les agents de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) avaient alors mis la main sur 600 kg d’ivoire brut.

    figaro.fr