Kinshasa estime qu’il n’y a aucune crise en RDC

Les Nations Unies espèrent lever vendredi 1,68 milliard de dollars lors d’une conférence internationale de donateurs consacrée à la crise humanitaire en République démocratique du Congo (RDC). La Belgique sera représentée à cet événement, organisé à Genève, par le ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo. La RDC n’enverra quant à elle aucun représentant en Suisse, Kinshasa estimant que le pays n’est traversé par aucune crise.

Les chiffres semblent toutefois contredire la perception des autorités congolaises. En effet, 4,3 millions de personnes ont fui leur lieu de vie en raison des conflits qui secouent la RDC dans quatre grandes régions: Kivu, Tanganyika, Kasaï et Ituri. Quelque 700.000 citoyens congolais se sont réfugiés dans les Etats limitrophes, tandis que deux millions d’enfants souffrent de malnutrition sévère et que plus de 13 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire.

L’absence congolaise à l’événement reflèterait, aux yeux de certains observateurs, l’isolement du régime du président Joseph Kabila. Malgré tout, Kinshasa a réussi à dissuader certains Etats de participer à la conférence. Les Emirats arabes unis, les Pays-Bas, mais aussi l’Union européenne n’effectueront pas le déplacement. D’autres pays, notamment africains, pourraient eux aussi ne pas se présenter en Suisse.

De Croo bien présent
Malgré ce contexte, Alexander De Croo espère toujours que la RDC sera représentée. « La présence du gouvernement montrerait au peuple congolais, aux Etats voisins et à la communauté internationale que les leaders congolais reconnaissent les besoins humanitaires du pays », juge-t-il.

« Leur absence est bien entendu une décision déplorable, mais cette conférence a malgré tout toujours du sens », affirme quant à lui Pieter-Jan Hamels, qui suit l’Afrique centrale pour l’organisation 11.11.11. « Les besoins sont énormes, cette conférence n’arrive pas trop tôt. »

A Kinshasa, on dément l’importance de tels besoins. Aux yeux des autorités locales, il s’agirait d’une campagne destinée à effrayer les investisseurs intéressés par le potentiel de la RDC.

La mise sur un même pied par les Nations Unies des crises au Yemen et en Syrie avec celle en cours au Congo a été très mal reçue par le régime Kabila. Son ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, s’est dit particulièrement choqué.

Des besoins de plus d’1,6 milliard
L’Ocha, le bureau de la coordination des Affaires humanitaires de l’ONU, évalue les besoins de la RDC à 1,68 milliard pour l’année 2018. Pour l’instant, 194 millions ont déjà été promis.

L’an dernier, Alexander De Croo avait libéré 17 millions d’euros pour de l’aide humanitaire directe dans le pays d’Afrique centrale. Le soutien belge, dont le montant sera précisé vendredi à Genève, devrait encore augmenter cette année.

« Notre pays veut envoyer un signal à l’international et réaffirmer sa solidarité avec le peuple congolais », explique-t-on au cabinet du ministre De Croo. Ce dernier devrait également annoncer une contribution significative aux ressources de partenaires humanitaires actifs en RDC.

7sur7.be

1 commentaire sur “Kinshasa estime qu’il n’y a aucune crise en RDC”

  1. Ce nest pas nouveau et les sources ne sont pas seulement des agences Onusiennes, Sauf si SHe Okitundu ne réside plus en RDC pour contester ou contre dire ces faits réels. KWEBE KIMPELE, Alain SORAL etc. l’avaient déjà déclaré longtemps avant : « de la guerre régionale engageant les armes de plus de 15 nations en RDC y compris la MONUSCO depuis 1996 ». C’est étonnant que les autorités de la RDC boycottent la conférence humanitaire de Genève pour raison que la RDC est classée en L3, c’est-à-dire le niveau de gravité le plus élevé pourtant elle est ! customer essay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *