Une fuite de données désigne Fayulu comme gagnant des élections avec une large avance

Avec environ 60% des voix, Martin Fayulu serait le gagnant incontesté de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo, ressort-il mardi de deux ensembles différents de données auxquels le Financial Times a pu avoir accès. La Commission électorale (Céni) a proclamé vainqueur son adversaire Felix Tshisekedi la semaine passée, alors qu’il n’aurait même pas recueilli 20% des votes d’après ces données. Le quotidien britannique base son analyse sur des données de la Céni qui ont fuité et sur celles de l’Église catholique, qui affirme avoir déployé 40.000 observateurs le jour du scrutin. Les chiffres de la Céni attribuent 59,4% des voix à Martin Fayulu. Felix Tshisekedi arriverait deuxième avec 19% des votes. D’après les données de l’Église catholique, M. Fayulu obtiendrait même 62,8%.

« Il serait difficile de croire que des dizaines de milliers de lignes de données aient été fabriquées à si court terme pour obtenir ces résultats sans qu’une altération n’apparaisse clairement », réagit auprès du quotidien économique Jason Stearns, directeur du Congo Research Group du groupe de réflexion new yorkais Center on International Cooperation. « Cela souligne la nécessité d’un audit complet et rigoureux des résultats des élections », abonde-t-il.

La Céni nie avoir modifié les scores électoraux. Barnabé Kikaya Bin Karubi, conseiller du président Joseph Kabila, a souligné qu’il incombait à la Cour constitutionnelle de juger des résultats des élections et a démenti toute fraude éventuelle. Martin Fayulu réclame l’invalidation des résultats du scrutin et a déposé un recours en ce sens auprès de la Cour constitutionnelle.

Des voix s’élèvent dans le pays contre un accord que le président Joseph Kabila, à la tête de la RDC durant plus de 18 ans, aurait conclu avec Felix Tshisekedi pour se maintenir au pouvoir dans l’ombre de son successeur.

AFP