Alphabet

A – B – D – E – F – K – L – M – N – O – P – S – T – U – V- W – Y- Z

Comme vous pouvez le constater les caractères C – G – H – I – J – Q – R – X, ne sont pas repris dans la liste, je résumerai l’alphabet lingala en 18 lettres, non pas parce que ça n’existe pas mais parce que les autres caractères sont trop peu voir pas employé. A part ça le lingala utilise le même alphabet que le français, donc il devrait présenter aucune difficulté à être appris par écrit.

Les mots se prononcent comme ils s’écrivent. SAUF quand un rencontre des mots commençant par les lettres n ou m suivi d’une autre consomme par exemple : ngaï (moi) , mboka (le village) , mboté (bonjour), nkento (le femme), etc… Dans ces cas, les non-africains, les français en particulier, éprouvent beaucoup de difficultés à les prononcer. De telles suites de consonnes en début de mot étant rares voire inexistantes dans la langue française, alors que le lingala, et les langues africaines en général en usent (et abusent). D’ailleurs plusieurs noms africains commencent par de telles suites de consonnes exemple : Ndiaye, N’Doram, Mpélé, Ntoto

Les journalistes sportifs français ont pris l’habitude de prononcer ces noms en isolant la première consonne du reste du mot. On entend alors des « èn Diaye », « èn Doram », « èm Pélé », « èn Toto ». Ils auraient dit également « èm boté », « èm boka » etc…Ce qui dénature complètement ces noms et mots. Le challenge est difficile, mais nous essayerons d’enseigner ici la manière de prononcer correctement ces noms et mots.

La lettre U : en lingala la lettre u se prononce OU. Et inversement tout ce qui se prononce OU s’écrit u. Exemple lokuta (le mensonge) se prononce lokouta. Mobutu se prononce MOBOUTOU

La lettre ï (i tréma) : Il apparaît à la fin de certains mots, exemple ngaï (moi). Il doit être prononcé avec le son de « aïe » du français, ainsi ngaï se prononce ngayi.

CongoPage : Yankée 24/08/2000

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*