R.D. Congo : Plus de 200 prisonniers en danger de mort dans le Sud Kivu

L’opinion internationale a été alarmée ces derniers jours par les images (photo et vidéo) publiés sur les réseaux sociaux et montrant des dizaines de détenus du pénitencier de Kabara, dans le Sud-Kivu en République démocratique du Congo.

On eut dit des objets d’art : 30 détenus environ, complètement affamés, amaigris, malades, la peau affaissée sur les os, et dans l’incapacité de se déplacer, exposés par les autorités devant l’établissement pénitentiaire.

De quoi sortir de leurs gonds les organisations de la société civile et de défense des droits de l’Homme, qui n’ont pas manqué de dénoncer une extrême « barbarie ».

Cette « exposition » aurait été faite à la requête du médecin de cette prison, à en croire le conseiller en charge des questions pénitentiaires au ministère provincial de la justice du Sud Kivu, Pascal Katagondwa, qui a expliqué au correspondant de la Voix de l’Amérique que 28 détenus des 210 pensionnaires de la  prison Kabara étaient sous le coup de violentes crises d’hypoglycémie sévère consécutives à la rupture de stock alimentaire pendant deux semaines et au manque de médicaments pour les soins. D’où la demande du médecin que les prisonniers malades soient placés à l’air libre à la suite d’une série d’évanouissements.

Une explication battue en brèche par de nombreuses sources, qui affirment qu’au lieu de deux semaines, c’est depuis plus de 3 mois que la ration alimentaire ordinaire n’est pas régulière dans les prisons du Sud Kivu, et que les prisonniers ont été ainsi exposés pour susciter la pitié et la solidarité des passants.

Une version corroborée par Maitre Justin Bahirwe, coordonnateur de l’ONG locale SOS IJM, qui s’active dans le monitoring des conditions carcérales au Sud Kivu, pour qui ce type de procédés est « inadmissible dans un état de droit ».

Il semble cependant que le manège des autorités pénitentiaires ait fonctionné dans une certaine mesure, puisqu’en plus de quelques dons en guise de soutien aux prisonniers souffrant d’inanition, le gouvernement provincial du Sud-Kivu a envoyé 200 kg de haricot et 200 kg de farine de maïs pour l’alimentation des prisonniers de Kabara.

Il n’en demeure pas moins, à en croire Pascal Katagondwa, que tous les dons recensés permettront aux prisonniers de tenir juste à peine deux semaines.

Selon les médias congolais -tel le site afriqueconnection.com- qui se sont penchés sur ce drame humanitaire, la situation des prisonniers de Kabara est simplement révélatrice des conditions écœurantes dans lesquelles vivent les détenus en RDC en général, et dans le Sud Kivu en particulier.
Ndam Njoya Nzoméné

cameroonvoice.com

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*