Une partie de la prison de Goma part en fumée

Un incendie a dévasté mardi une partie de la prison centrale de Goma, capitale du Nord-Kivu dans l’est de la République démocratique du Congo, a appris l’AFP de sources pénitentiaires.

« Le bloc qui héberge les femmes et les enfants a pris feu. La partie de la prison touchée est complètement consumée par cet incendie. Il n’y a plus rien à récupérer », a déclaré à l’AFP le directeur de la prison Patrick Mukendi, ajoutant qu’il n’y a eu « aucun mort, ni blessé ».

« Ces sont les mineurs qui ont mis le feu sur leurs matelas puisqu’ils ont été privés de nourriture durant trois jours », a avancé à l’AFP un agent de la prison sous le couvert de l’anonymat. Trois autres agents interrogés par l’AFP ont corroboré cette version.

Une femme et deux garçons ayant perdu connaissance ont été évacués par une ambulance, a constaté un correspondant de l’AFP, alors que des camions anti-incendie de la mission de l’ONU (Monusco) s’activaient à éteindre le feu. Le pavillon incendié a été récemment construit par la Monusco.

« Une enquête est en cours », a indiqué M. Mukendi, refusant de se prononcer sur le caractère criminel de l’incendie et sur les allégations de privation de nourriture.

Les prisons congolaises sont dans la majorité surpeuplées, mal entretenues et les prisonniers vivent essentiellement grâce à leurs proches.

En mai, les prisons et les commissariats ont été la cible d’attaques en RDC, pays qui traverse une crise politique aggravée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila malgré la fin de son mandat le 20 décembre dernier.

Des centaines de détenus se sont ainsi évadés après les attaques de la prison de la capitale Kinshasa et de Béni, également dans la province du Nord-Kivu.

afrique.lalibre.be

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*