Le Botswana demande clairement le départ de Josèph Kabila!

Dans un communiqué rendu public ce lundi, le gouvernement du Botswana exhorte Joseph Kabila à quitter le pouvoir en raison de la détérioration du climat sociopolitique de la RDC. Mais, comment Kinshasa accueillera-t-elle cette sortie de Gaborone ?

Si certains États continuent d’hésiter entre élégance diplomatique et franchise, le Botswana n’y va pas avec le dos de la cuillère. “Nous continuons d’assister à une détérioration de la situation humanitaire dans ce pays”, affirme le communiqué de presse rendu public ce 26 février par le ministère botswanais des Affaires étrangères. Et d’ajouter le président de la RDC « a retardé avec persistance les élections et a perdu le contrôle de la sécurité de son pays ».

Cette sortie du gouvernement botswanais intervient dans un contexte où la RDC fait face à une terrible crise sociopolitique aggravée par la répression dans le sang des manifestations initiées par des laïcs catholiques sous l’impulsion des évêques. Lesquels laïcs réclament surtout le départ de Joseph Kabila dont le deuxième et dernier mandat a pris fin depuis fin 2016. “Le Botswana exhorte la communauté internationale à mettre davantage de pression sur la majorité présidentielle congolaise, pour l’emmener à renoncer au pouvoir et à ouvrir la voie à l’instauration d’un nouveau régime politique”, écrit encore le ministère botswanais des affaires étrangères.

Mais, le Botswana n’est pas à sa première sortie du genre. En 2016, le président botswanais Tseretse Khama Ian Khama avait ouvertement demandé à Mugabe de s’en aller. « Il y a beaucoup de gens qui ont des qualités pour gouverner au Zimbabwe et qui pourraient prendre le relais. Il est évident qu‘à son âge et dans l‘état du Zimbabwe, il n’est pas vraiment capable de fournir le leadership qui pourrait le sortir de sa situation difficile », avait déclaré le président botswanais dans une interview avec Reuters, ajoutant que M. Mugabe aurait dû s’en aller depuis longtemps. Des déclarations qui avaient suscité le courroux d’Harare.

Le Botswana exhorte la communauté internationale à mettre davantage de pression sur la majorité présidentielle congolaise, pour l’emmener à renoncer au pouvoir

Et peut-être, à l’instar du Zimbabwe, la RDC réagira-t-elle vivement à cette déclaration de Ian Khama. Mais, ce pays d’Afrique australe est connu pour sa stabilité sociopolitique et sa gouvernance quasiment irréprochable depuis son indépendance en 1966, selon des ONGoccidentales.
africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *